Reprenez le contrôle de vos cercles d’influence

Reprenez le contrôle de vos cercles d’influence

Dans nos journées, au cours de nos semaines, nous sommes confrontés à un nombre incroyable d’évènements. Vous en orchestrez certains, vous en subissez d’autres. Vous en maîtrisez une partie, mais il en reste qui échappent à votre contrôle. Par exemple, vous avez organisé une très belle manifestation en extérieur pour présenter votre nouveau super produit et d’un coup… il pleut. Que faire ? C’est ici que l’analyse des cercles d’influence intervient.

Les 7 habitudes de ceux qui réalisent tout ce qu’ils entreprennent

Stephen Covey, dans son excellent (et indispensable) livre « les 7 habitudes de ceux qui réalisent tout ce qu’ils entreprennent », nous explique le concept des cercles d’influence. Il distingue trois zones : la zone de contrôle, la zone d’influence, et la zone des préoccupations, à savoir les éléments qui ne sont ni contrôlables ni influençables.

Ces trois disques imbriqués illustrent parfaitement le niveau d’influence que chaque individu a sur l’environnement autour de lui, et le contrôle qu’il a, ou pas, sur ce qui lui arrive.

1- La zone de contrôle.

Comme le stipule son intitulé, cette zone contient l’ensemble des évènements sur lesquels nous avons un contrôle plein et entier. Ce sont les éléments qui sont généralement proches de nous, sur lesquels nous pouvons interagir directement et à notre convenance, afin de les faire évoluer en fonction de nos objectifs.

Par exemple : notre comportement, nos réactions, notre attitude, etc.

2- La zone d’influence

Hors de notre champ de contrôle direct, nous pouvons néanmoins inclure ces éléments dans notre plan stratégique, car nous pouvons interagir avec les personnes qui elles ont la maîtrise pleine et entière dessus, afin de les influencer de la façon qui nous intéresse.

Par exemple : nos voisins, notre environnement de travail, nos amis, notre famille…

3- La zone des préoccupations

Comme expliqué en préambule, il s’agit de la zone des éléments que nous ne pouvons ni contrôler, ni influencer. C’est la partie la plus éloignée du centre de notre activité propre et de nos occupations, mais aussi de l’espace le plus large des évènements qui nous entourent.

Par exemple : la pluie et la météo, la politique, la guerre, les catastrophes naturelles, le trafic routier…

Notre activité au cœur de ses cercles d’influence

Ces trois zones sont communes à l’ensemble des êtres humains, quels qu’ils soient. Et regroupent bien entendu 100 % des occupations des gens, qui tour à tour, s’activent dans leur sphère de contrôle direct, puis basculent sur la surface de préoccupation, etc., etc. Il est évident que ces disques sont plus ou moins gros, et plus ou moins importants selon les individus. De plus, chacun priorise, plus ou moins sciemment, certains cercles par rapport à d’autres.

Et c’est là que l’analyse de Stephen Covey prend tout son sens. Quand on observe les personnes qui réussissent et qui ont du succès, et les autres, les 95 % chers à Hal Elrod, on constate beaucoup de similitudes au niveau du positionnement dans les cercles d’influence.

La préoccupation des 95 %

Ainsi, il apparaît que les 95 % des gens (ceux qui se contentent de la moyenne de leur train-train quotidien) consacrent une grande partie de leur temps dans leur zone de préoccupation, à l’extérieur donc des cercles de contrôle et d’influence. Cela signifie qu’une grande partie de leur énergie est consommée à faire des choses ou à penser à des éléments pour lesquels ils n’ont absolument aucune maîtrise, pour lesquels ils ne peuvent rien changer. On est clairement dans un processus d’épuisement et d’énergie employée de façon négative.

Contrôle = succès ?

A contrario, dans son livre, Stephen Covey note que les personnes à succès ont un focus très affûté sur les évènements qui se trouvent dans leur zone de contrôle direct, et dans leur cercle d’influence. Ils savent ce qui est important pour eux, notamment parce qu’ils ont une définition très précise de leur mission de vie, et consacrent toute leur énergie positive sur des actions concrètes et constructives. Les éléments hors de leur contrôle deviennent vite accessoires, voire annexes. Ils évitent ainsi d’être pollués par les ondes négatives engendrées par ces éléments, afin de rester optimistes et concentrées.

Contrôler nos réactions

Les cercles d’influence de Stephen Covey montrent une chose très importante : l’être humain a la maîtrise de ses agissements. À n’importe quel moment, si nous répondons de telle ou telle manière, c’est parce que nous le voulons bien. Même ce qui s’apparente à du réflexe, ou de la réaction épidermique n’en demeure pas moins sous l’emprise de focus. Si nous décidons de voir la vie en noir à cause du décès d’un proche, c’est parce que nous l’avons décidé. Si nous tirons la tronche parce que dehors il pleut, c’est que nous l’avons décidé. Les exemples sont légion, mais vous avez certainement saisi l’idée : vous avez le pouvoir de contrôler vos réactions face aux évènements.

Si si, c’est possible

Le propre du membre des 95 %, c’est son scepticisme quand il remet en cause les éléments qui le maintiennent dans sa zone de confort. Et avec cette approche qui consiste à vous aider à reprendre le contrôle et à sortir de votre cercle des préoccupations, je risque d’en bousculer pas mal. Alors je pense qu’un petit exemple s’impose : revenons sur la situation que j’ai citée plus haut : le décès d’un proche. C’est un évènement tragique s’il en est, qui pourtant ne sera pas vécu de la même façon par toutes les personnes parmi les proches du défunt.

Certains vont prendre du recul, en gardant en mémoire les moments positifs vécus avec le décédé, et se souvenir des moments de joie. D’autres vont rester des jours/semaines/mois entiers à s’apitoyer sur leur sort, s’arrêtant de vivre, frisant la dépression ? Et pourquoi donc ? À quoi cela sert ? Ce qui est certain, c’est que dans les deux cas, la préoccupation est la même : un proche est mort. Mais la première va considérer que la mort est complètement en dehors de son cercle d’influence (il n’y peut rien), et va donc se concentrer sur quelque chose de positif qu’il contrôle (les bons souvenirs et la joie), afin de continuer à vivre de la meilleure des façons malgré ce décès. Tandis que la seconde va s’apitoyer sur cet évènement hors de contrôle (il ne pouvait rien non plus à ce décès), et se laisser embarquer par des émotions négatives sur lesquelles il n’a non plus aucun contrôle. Et chaque journée à broyer du noir sera une journée qu’il aura définitivement perdue : et oui, nous n’avons qu’une seule vie.

Reprendre le contrôle : comment faire ?

Vous devez donc reprendre le contrôle de vos pensées face aux évènements afin de gagner en positif, en qualité de vie même, et surtout en développement. Comme je ne doute pas de la sagacité des personnes qui me lisent, je sais que vous avez déjà compris que pour reprendre le contrôle, vous allez devoir changer le focus de vos actions, pour les concentrer sur votre zone de contrôle, alors que ce dernier est naturellement attiré par votre cercle de préoccupation.

Pour ce faire, à chaque fois que vous ressentez un sentiment de peur, de malaise, à chaque fois que vous êtes confronté à une situation dérangeante, stressante, oppressante. Bref, à chaque fois que vous tombez dans un flux négatif, prenez un pas de recul, et demandez vous :

  • Est-ce que je peux contrôler ou influencer l’évènement en question ? Oui ou non ?

Si la réponse est oui, demandez-vous quelles sont les actions à entreprendre tout de suite pour faire changer votre état d’esprit. Si la réponse est non, poursuivez :

  • Dans quel état est-ce que je me trouve présentement ? Stresser ? Apeuré ? Triste ? Mal à l’aise ?
  • Si je ne contrôle ou n’influence pas cet évènement, pourquoi est-ce que je suis dans un tel état ?

Aussi simple que cela. Une fois que vous aurez caractérisé la source de votre émoi, que vous l’aurez qualifié, et que vous aurez compris que cela fait partie de votre cercle de préoccupation, et non de votre zone de contrôle, celui-ci va perdre en intensité, et en importance. Évidemment, ce « réflexe », cette habitude, ne va pas se prendre en un claquement de doigts. Je vous conseille même de prendre un carnet, ou d’ouvrir une page de note dans votre smartphone, et d’écrire à chaque fois que vous faites cet exercice, l’évènement, votre réaction, et le cercle d’influence dans lequel il se trouve. Et plus vous allez le faire, et plus cela sera facile. Et plus cela sera facile et naturel, et plus vous allez reprendre le contrôle.

Devenez un super-héros

Un super héros, c’est quelqu’un qui influe sur les évènements de façon extraordinaire. Quelqu’un qui reprend le contrôle de la situation grâce à ses super pouvoirs. Certes, nos réactions sont principalement dictées par notre conditionnement personnel, nos réflexes sociaux, par l’éducation que nous avons reçue, et même par notre propre caractère. Mais la psychologie joue un rôle important, et quoi qu’il arrive, et surtout qui que vous êtes, vous avez toujours le choix et la possibilité de changer votre focus, de prioriser ce qui est important pour vous, vous pouvez détourner le regard des évènements qui sont en dehors de vos zones d’influences, afin de limiter leur impact négatif, et protéger votre petit cocon optimiste. Vous êtes aux manettes, et vous avez le choix, soit d’être un super héros, soit de rester comme 95 % des gens qui subissent leurs préoccupations (et surtout celles des autres) jusqu’à en oublier de vivre leur propre vie.

Les 3 éléments à retenir

  • L’ensemble de votre focus et de vos réactions face aux évènements entre dans 3 cercles d’influence : la zone de contrôle, la zone d’influence, et la zone des préoccupations, à savoir les éléments qui ne sont ni contrôlables ni influençables.
  • Les personnes à succès sont celles qui priorisent les activités et les évènements qui entrent dans leur zone de contrôle et d’influence, et qui délaissent les éléments qui sont de l’ordre des préoccupations parasites.
  • Pour reprendre le contrôle de votre mental, et faire ressortir le super héros qui se trouve à l’intérieur de vous, vous devez apprendre à définir les évènements en fonction de ces cercles d’influences, afin d’accorder de l’importance à ceux qui se trouvent dans votre sphère de contrôle, et faire en sorte de ne plus être perturbé par ceux qui ne sont que des préoccupations.
Partagez l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    8
    Partages
  • 8
  •  
  •  
  •  

2 Replies to “Reprenez le contrôle de vos cercles d’influence”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous êtes libre de recevoir gratuitement mon livre "10 étapes pour trouver sa mission de vie"