On vous refuse un changement de poste (défi toltèque 14/52)

On vous refuse un changement de poste (défi toltèque 14/52)

Assis à votre bureau, vous avez les yeux dans le vide. Cela fait bientôt 10 minutes que vous avez ouvert le message du directeur des ressources humaines, et la nouvelle qu’il a communiquée à l’ensemble de la société vous a plongé dans un profond désarroi. Ce dernier annonce qu’en remplacement de l’adjoint parti à la retraite, une personne extérieure à l’entreprise vient d’être nommée…

Un poste important, mais pas pour vous…

Ce poste, vous l’avez en ligne de mire depuis plus de 6 mois maintenant. Vous avez rencontré le responsable du service en question, sympathisé avec ses équipes, fait valoir vos nombreuses compétences et vos qualités. Vous avez mis en avant votre intégration ultra-rapide, et votre énorme motivation. Mais en vain, c’est un inconnu avec des références moindres qui a été affecté. Et vous êtes toujours là à vous morfondre dans un boulot qui n’a plus intérêt, goût, ni saveur…

Quel comportement adopter ?

Maintenant que cette opportunité s’est refermée, quelle attitude choisissez-vous ?

  1. « La hiérarchie ne peut pas me voir, je le savais ! J’en ai marre de cette boite. »
  2. « Qu’ai-je mal compris, négligé, oublié… pour ne pas avoir convaincu ? »
  3. « Encore un fils à papa que l’on a parachuté à un poste à responsabilité. Comment la société peut-elle avancé avec ce genre de comportement moyen-ageux ? »

La première option sombre dans l’auto-accablement, et dans le jugement hâtif. Vous n’avez pas été choisi parce que personne ne veut de vous. Une des pires façons de prendre des choses personnellement.

La seconde réponse pose une certaine distance avec les évènements. Vous savez que vous avez fait de votre mieux, mais que cela n’a pas suffi. Vous comprenez aussi que ce n’est pas vous qui avez été rejeté, mais l’autre qui a été élu.

Le troisième choix ouvre bien grand les vannes et laisse s’échapper votre parole très loin de votre contrôle. Vous n’avez aucune idée des raisons de ce recrutement, et pourtant vous jugez, et vous tirez dans le tas.

Un super-héros, même sans changer de poste.

Être un super-héros c’est aussi être capable de voir que l’échec n’existe pas. Il n’y a que des résultats non désirés. Et c’est dans ces résultats que se construisent les succès futurs. Pour devenir un super-héros, vous devez apprendre à ne pas prendre les choses personnellement, afin de prendre du recul, et garder votre parole impeccable. Vous devez comprendre la différence entre « douter de soi » et « douter pour comprendre et apprendre ».

Partagez l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    3
    Partages
  • 3
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous êtes libre de recevoir gratuitement mon livre "10 étapes pour trouver sa mission de vie"