Ne cultivez pas le négatif !

Ne cultivez pas le négatif !

La semaine dernière, l’horreur a encore fait irruption dans nos vies. Un nouvel attentat a frappé une métropole européenne, tuant une dizaine de personnes, en blessant une centaine, en choquant des millions. Depuis plusieurs années, le même genre d’images revient en boucle de façon régulière. Elles inspirent la peur dans le cœur d’un très (trop) grand nombre de gens. Elles aspirent aussi la population dans la bulle visqueuse du négatif, la même que décrit maitre Yoda : « La peur est le chemin vers le côté obscur : la peur mène à la colère, la colère mène à la haine, la haine… mène à la souffrance. »

Esprit négatif, es-tu là ?

Et pourtant, tout cela est largement évitable. Oui, ne pas plonger dans le négatif, c’est juste une question de volonté. Je le répète suffisamment au travers de mes articles : l’un des principaux pouvoirs des super-héros, c’est qu’ils décident de ce qu’ils veulent dans leur vie. Oui, il vous incombe de choisir les éléments qui vont aller et venir dans votre cerveau. C’est à vous de voter si vous désirez perdre votre temps et votre bonheur à regarder en boucle une chaine d’info à propos de la dernière catastrophe, ou pas.

Pour ma part, je ne regarde plus les informations depuis que je me suis rendu compte de la bêtise d’avoir passé la journée entière devant BFM à suivre les tribulations lors des attentats du Charlie Hebdo. Une pleine journée perdue à ingurgiter des images négatives, voire violentes, des gens qui pleurent, des analystes qui remuent les miasmes, et des journalistes qui tournent en rond autour du peu d’informations à leur disposition. Je ne vous raconte pas mon état mental désastreux au moment de me coucher. Ainsi, dès lors, je n’accorde plus la moindre importance aux médias d’information, quels qu’ils soient.

C’est à vous de façonner l’information que vous voulez recevoir

Ai-je l’air de quelqu’un complètement désinformé et coupé du monde ? Je ne pense pas. Je n’ai regardé aucun journal télévisé, lu aucune presse d’information depuis maintenant plus de deux ans et demi. Et pourtant, je n’ai raté aucun évènement d’importance. Mes sources principales : ma femme, et mes collègues de bureaux. Car à moins que vous ne viviez dans une grotte, les relations sociales sont aussi faites pour cela. Dans votre entourage, c’est garanti qu’une personne vous parlera de cet évènement dont vous n’avez pas encore connaissance. Cela vous permettra même d’enclencher une discussion, et de valoriser votre interlocuteur qui se fera un plaisir de partager tout cela avec vous.

Vous pourrez ensuite sélectionner avec précisions les informations que vous souhaitez recevoir. Car quoi qu’il arrive, vous ne raterez rien d’important. Faites donc le tri. Ne consultez que ce qui vous apporte de la valeur. Ne vous intéressez qu’à ce qui vous tire par le haut en vous chargeant d’énergie positive. Le seul média que je m’autorise, c’est « Feedly ». Un lecteur RSS qui me permet d’afficher les « news » de sites que j’ai choisis, des informations positives, des articles sur le coaching et le développement personnel. Et le Gorafi, pour l’humour et la gaudriole. Et c’est tout.

Il vous incombe de vaincre le négatif

Pour la petite anecdote, mon esprit ne s’est jamais aussi bien porté que depuis que j’ai éradiqué complètement cette principale source de négatif de ma vie. Car le cerveau humain n’est pas capable de gérer des émotions positives, et des émotions négatives en même temps. En vous éloignant du négatif, et en cultivant des attitudes positives, c’est toute votre existence que vous tirez ainsi par le haut.

Ne plus baigner dans le flux négatif des journaux d’information vous permettra aussi de prendre du recul sur tout cela, et de juger « par vous-même » de la situation, et non à travers le filtre des images que vous aurez vu 220 fois. Vous pourrez reprendre le contrôle de votre ressenti. Car les évènements n’ont d’importance que celle qu’on leur donne. Si vous décidez que ce qui s’est passé vous fait peur, il en sera ainsi. Cela marche aussi dans l’autre sens. Si vous décidez que cet évènement n’est pas important pour vous, il ne le sera pas. Et vous pourrez vous épargner le vortex négatif pour rester dans une démarche de progression positive.

À vous de décider, maintenant !

Loin de moi l’idée d’affirmer que les attentats terroristes ne sont pas des évènements graves. Loin de moi la volonté de galvauder la tristesse des familles touchées. Je ne souhaite évidemment pas minimiser le comportement hautement répréhensible des auteurs de cette tuerie. Je suis là pour vous dire que votre vie est faite d’objectifs et de priorités. Et qu’elle souffre de vous voir avachi sur le canapé à ressasser des images négatives au lieu de passer à l’action pour ce qui est réellement important pour vous.

Aujourd’hui plus qu’hier, je vous encourage tous à ne rien lâcher, à VIVRE, et à poursuivre inlassablement cette quête du super-héros qui se trouve au fond de vous ! Pour cela, commencez par faire une chose simple : coupez votre télé poubelle, mettez le haro à votre radio dépotoir, ne lisez pas les quotidiens caniveaux. Et par pitié, ne partagez pas les photos et les vidéos de cette atrocité ! Ne faites pas de la pub de l’horreur, ne vous imprégniez pas de ces ondes ultras négatives, ne diffusez pas la peur… C’est ce qu’ils veulent ! C’est le fondement même du terroriste. La peur en masse.

Pour gagner face au terrorisme.

Et demain commencera comme tous les autres jours, par un beau lever de soleil… Certes, les familles touchées par cette horreur ne verront pas la même aube que nous. Mais principalement pour eux, pour les soutenir dans cette épreuve, regardons ce lever de soleil. Et surtout, si nous changeons quelque chose dans nos vies, c’est parce que nous le voulons vraiment. Et pas parce que vous avez la trouille de telle ou telle chose. Car changer à cause de la peur, c’est une façon de leur dire « vous avez gagné »… Au lieu de cela, soyez bienveillant, partagez, aidez, vivez ! Et décidez de voir le beau et le positif dans vos vies, tout en éradiquant toutes les sources de négatif.

Pour ma part, je déteste perdre. Je ne supporte pas d’abandonner. Et je serai debout dès l’aube pour faire de ma vie ce dont j’ai envie, et non celle que souhaitent me voir faire tous ces gueux qui diffusent l’horreur et la peur à tour de bras. Tout cela parce que je l’ai décidé.

Et vous ?

Partagez l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    38
    Partages
  • 37
  •  
  • 1
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous êtes libre de recevoir gratuitement mon livre "10 étapes pour trouver sa mission de vie"