La rentrée politique accapare les médias (défi toltèque 9/52)

La rentrée politique accapare les médias (défi toltèque 9/52)

Aux infos à la radio, à la une de votre quotidien, pendant les conversations autour de la machine à café ou à la cantine, le soir au journal télévisé de 20 h… Comme chaque année, la rentrée politique vous mange votre espace vital et votre temps de cerveau disponible.

Les discutions quotidiennes sclérosées par la politique

Et le président a dit cela, le Premier ministre a proposé ceci, et le gouvernement a décidé cette nouvelle loi. Du coup, le syndicat n’est pas content, et il va y avoir encore la grève. Les informations se multiplient et vous êtes submergé. La limite du trop-plein est largement débordée. Et alors que vous arrivez à votre travail, vous n’espérez qu’une seule chose : que l’on vous parle de tout, sauf de politique.

Quel comportement adopter ?

Votre collègue de bureau vous interpelle à nouveau à propos des dernières déclarations du président de la République. Que faites-vous ?

  1. Vous répondez, histoire de donner un peu le change. Mais au fond, vous vous en foutez. Si la politique transmuait vraiment la vie, ça fait longtemps que voter serais interdit…
  2. Vous écoutez attentivement l’avis de votre collaborateur, qui diffère sensiblement de celui que vous a exposé la secrétaire tout à l’heure dans l’ascenseur.
  3. Vous vous lancez dans une diatribe dont vous avez le secret, argumentant que tout cela est totalement grotesque, que les gens ne font que croire bêtement ce qui est dit. Et que les médias peuvent inventer n’importe quoi pour vendre du papier et des espaces publicitaires.

La première et la troisième réaction sont très humaines. Tout le monde se vautre dans l’une ou dans l’autre, mais ce n’est certainement pas toltèque. Votre parole est loin d’être impeccable quand vous tombez ainsi dans le jugement abrupt. Il en va de même quand vous mentez en prétextant vous intéresser à toutes ces choses.

La seconde proposition montre par contre que vous êtes en mesure de garder l’esprit ouvert. Vous êtes à l’écoute des personnes sans pour autant vous jeter le sabre au clair au cœur du débat.

Les super-héros ont le sens de la mesure

En optant pour la seconde réponse, vous affichez votre sens de la mesure. Votre interlocuteur comprendra que vous êtes à l’écoute de toutes les tendances avant de vous forger votre propre opinion. Ce n’est pas toujours facile vu la férocité du débat, mais c’est la meilleure approche pour penser « par vous-même », et non pour répéter les idées et les interprétations des autres (collègues, médias, etc.).

Être un super-héros présuppose de savoir quand se jeter dans la mêlée, et quand prendre une position ouverte et à l’écoute. Les débats politiques et les discutions qui s’en suivent autour d’un café ne sont bien souvent que des « pass time », des discutions avec l’autre sans s’impliquer trop, pour passer le temps. Nul besoin de vous perdre dans le débat, surtout si ce dernier ne vous intéresse pas. Soyez à l’écoute, cela vous permettra de rester en accord avec les principes toltèques.

Partagez l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous êtes libre de recevoir gratuitement mon livre "10 étapes pour trouver sa mission de vie"