Les impôts vous relancent… (défi toltèque 11/52)

Les impôts vous relancent… (défi toltèque 11/52)

Il est 18 h 32, et vous rentrez tout juste à la maison, après une longue journée venant conclure une harassante semaine de boulot. Votre supérieur hiérarchique vous a encore couru sur le haricot, et vous vous êtes tapé une demi-heure de bouchon en regagnant vos pénates. Sauf qu’en arrivant chez vous, votre boite aux lettres s’ouvre sur un courrier du genre inopiné.

Un confident un peu improvisé

L’en-tête « Direction générale des impôts » ne laisse pas vraiment planer de doute quant à l’expéditeur de cette missive : les services fiscaux. Ceux-là mêmes à qui vous payez vos taxes, vos contributions, vos impôts, et autres dépenses dont vous vous passerez bien. Ainsi, vous tripotez nerveusement le morceau de papier.

Quel comportement adopter ?

Fort de cette information, vous hésitez à ouvrir cette enveloppe. Pourquoi ? Que vous traverse-t-il l’esprit à ce moment-là ?

  1. « Diantre ! Mais que me veulent-ils encore ces sapajous voleurs d’honnêtes travailleurs ? »
  2. « Allez, c’est reparti. Comme à chaque fois, j’ai oublié un truc, et je vais prendre des pénalités ! »
  3. « Ah tiens, les impôts. Mais que veulent-ils ? »

Les options 1 et 2 relèvent de l’inquiétude globalisée, suite à une projection négative sur le contenu de cette missive. Pour vous, c’est forcément une mauvaise nouvelle. Vous supposez, et/ou vous prenez les choses pour vous. Pas très toltèque comme attitude. Enfin, la réponse 3 est parfaite. Vous vous en tenez aux faits, et vous ne laissez pas votre imagination débordante vous créer une bulle de stress inutile.

L’écoute active et bienveillante, un vrai super-pouvoir

L’administration fiscale est la reine pour envoyer des courriers sources de mille suppositions de la part des gens. Et qui dit suppositions, dit inquiétude, bien souvent pour rien. Vous vous mettez dans des états pas possibles devant une simple enveloppe. Ce n’est pourtant qu’un bout de papier plié contenant un autre bout de papier. Mais, est-ce bien normal ? Et surtout, est-ce bien raisonnable ?

Être un super-héros c’est ainsi être capable de s’en tenir aux faits, et de ne pas laisser son esprit et ses peurs le contrôler. Même devant une relance des impôts. La peur n’est qu’une projection négative sur un évènement qui n’a pas encore eu lieu. Ainsi, la peur n’est qu’une supposition, bien souvent centrée sur le fait que vous prenez l’évènement en question pour vous, de la mauvaise façon. Respecter les accords toltèques permet donc de maitriser ses peurs, en évitant les suppositions sources de stress, et les projections erronées centrées sur vous-même, au lieu d’être centré sur la réalité des faits.

Partagez l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    2
    Partages
  • 2
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous êtes libre de recevoir gratuitement mon livre "10 étapes pour trouver sa mission de vie"