Etes-vous un bon confident ? (défi toltèque 10/52)

Etes-vous un bon confident ? (défi toltèque 10/52)

Un ami vous a récemment contacté afin d’organiser un restaurant à deux, durant la pause déjeuner à vos boulots respectifs. Comme vous faites cela plusieurs fois par an, cette demande ne vous étonne pas. C’est même ravi, tranquille et confiant que vous vous rendez à la pizzeria, sûr de passer un bon moment.

Un confident un peu improvisé

Après les courtoisies d’usage, la discussion s’ouvre sur des sujets divers. S’enchaînent les demandes de nouvelles des progénitures respectives et le rapide récit des vacances au camping des Flots Bleus. Puis, votre ami arbore une mine sévère. D’une voix peu assurée, il vous expose sa situation personnelle, avant de vous narrer en détail, ses récentes péripéties, et les difficultés qu’il a engendrées. Vous prenant pour confident, il vous explique son problème actuel, et les conséquences plus ou moins fâcheuses sur sa vie. Incrédule, vous le laissez parler, un peu surprit par la tournure des événements, bien loin de ce que vous aviez imaginé au départ.

Quel comportement adopter ?

Vous tendez l’oreille, attentif à ce monologue durant lequel votre ami s’épanche sur la teneur de ses soucis, et la gravité de sa situation. Une fois qu’il en a terminé, vous vous interrogez : que faire ?

  1. Vous prenez le temps de soupeser l’ensemble de ce qu’il vient de vous dire. Puis vous lui répondez ce que vous pensez, allant toute fois dans son sens, afin de le rassurer.
  2. Vous écoutez et vous acquiescez. Puis, vous posez quelques questions pour clarifier certains points, mais c’est tout.
  3. Vous vous lancez dans une diatribe à la hauteur de ses plaintes. Vous lui prodiguez ainsi moult conseils pour l’aider à résoudre son problème.

Les options 1 et 3 peuvent partir de la meilleure volonté du monde, vous pouvez exposer les sentiments les plus sincères que vous avez en stock, il y a un gros écueil : vous faites des suppositions.

La réponse 2 par contre est dans l’écoute bienveillante et attentive. Vous restez neutre face aux problèmes de votre ami.

L’écoute active et bienveillante, un vrai super-pouvoir

Souvent, nous n’écoutons pas pour écouter. Nous écoutons pour répondre. Et c’est là que le bat blesse. Vous ne faites pas vraiment attention à ce que dit votre ami, vous vous servez juste de ce qu’il raconte pour pouvoir ensuite retransmettre la même chose selon vos propres filtres. Mais est-ce vraiment ce qu’il souhaite ? C’est lui qui vous a contacté pour cet entretien sur le fond de confidence, c’est donc à lui de mener la danse. Tant que votre compère ne vous pose pas de question, vous n’avez pas donné votre opinion. Tant qu’il ne vous demande pas conseil, n’en faites pas. Peut-être que simplement s’épancher à une oreille attentive est suffisant pour lui pour lui remonter le moral. S’il a besoin de votre avis, il vous le demandera, pour sûr.

Être un super-héros c’est être à l’écoute. Une écoute active et bienveillante. Une écoute empathique, qui valorise l’autre, au lieu de servir de façade à vos opinions. Dans nos sociétés actuelles où tout le monde écoute, mais où personne ne fait attention à rien, être capable d’écouter de la sorte est une vraie plus-value, un vrai super-pouvoir. Cela fera la différence pour vous, auprès des autres, et fera de vous un vrai confident toltèque, celui qui est réellement ouvert aux autres, car il ne suppose de rien et qui ne prend rien pour lui.

Partagez l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    2
    Partages
  • 2
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous êtes libre de recevoir gratuitement mon livre "10 étapes pour trouver sa mission de vie"