Votre enfant rentre de l’école avec un hématome (défi toltèque 16/52)

Votre enfant rentre de l’école avec un hématome (défi toltèque 16/52)

Vous venez de rentrer chez vous après une journée de travail. D’ici quelques minutes, votre enfant rentrera de l’école, et vous êtes content d’être là avant lui pour lui faire la surprise. Vous êtes à peine débarrassé de votre manteau que vous entendez le bruit des clés dans la porte.

Qu’a fait votre enfant ?

Un peu surpris, mais plutôt content, votre enfant s’approche de vous, son sac encore sur le dos. Cependant, au moment de l’embrasser, vous vous rendez compte qu’il arbore une belle bosse, et un hématome sur le front. Pour vous, ce sont des signes qui ne trompent pas. Nombre de questions vous assaillent : que s’est-il passé ? Comment s’est-il fait cela ?

Quel comportement adopter ?

Comme il ne dit rien, c’est à vous de prendre les devants. Mais que lui dites-vous ?

  1. « Mais ce n’est pas possible ! Tu as des problèmes à l’école ? Qui sont les sapajous qui s’en sont pris à toi ? Dis-moi leur nom, et j’irai en parler au directeur ! »
  2. « Je te l’ai déjà dit : arrête de chercher la bagarre ! Essaye d’être sage un peu pour une fois ! »
  3. « Qu’est ce que c’est que ce bleu sur ton front ? Que s’est-il passé ? Allez, va poser ton sac, et ensuite assis toi sur le canapé pour me raconter tout ça… »

La première option est lourde de suppositions, large de parole non maîtrisée, et toute pleine d’une volonté de prendre le problème pour vous.

La seconde réponse ouvre grand la porte de l’accusation sur la base de suppositions que vous aurez tirées d’un simple hématome.

Le troisième choix vous permet de rester factuel. Ainsi, vous restez calme sans l’accabler, ni supposer.

Un super-héros, surtout avec votre enfant.

Être un super-héros c’est quelqu’un qui adopte la bonne attitude pour tirer les choses au clair. Accuser la terre entière et vouloir faire justice vous-même sur la base de suppositions n’est pas concevable, et ne résoudra en rien votre problème. Tout comme le fait d’accabler votre enfant de reproches. Ce dernier va se refermer sur lui-même, et vous n’aurez jamais le fin mot de l’histoire. La bonne attitude toltèque consiste, comme pour beaucoup d’autres événements, à garder votre sang-froid, et à prendre du recul. Concentrez-vous sur le fait d’abord, ne supposez rien, et laissez votre enfant s’exprimer avec ses mots. C’est la seule façon de tirer les choses au clair, et de montrer à votre enfant que votre attention et votre soutien.

Partagez l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    2
    Partages
  • 2
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous êtes libre de recevoir gratuitement mon livre "10 étapes pour trouver sa mission de vie"