[Défi] vous postulez à une offre d’emploi (5/52)

[Défi] vous postulez à une offre d’emploi (5/52)

Cela fait maintenant six mois que vous êtes au chômage, après avoir fait partie d’une charrette lors d’un licenciement économique massif. La conjoncture étant moribonde, les petites annonces vous correspondant sont rares, et à ce jour, vous n’avez reçu que des refus. Vous persistez cependant, et vous avez la semaine dernière, répondue à une offre d’emploi et passé un concours en vue de rentrer dans une des plus grandes entreprises de votre région.

Une offre d’emploi dont vous attendez le dénouement

Ce matin, c’est le grand jour. En consultant votre boite aux lettres, vous tombez sur un courrier de l’entreprise en question. Vous l’ouvrez nerveusement, sachant pertinemment qu’elle contient le résultat du concours. Malheureusement, malgré tous les efforts que vous avez consentis, votre candidature n’a pas été retenue.

Quelle attitude adopter ?

Serrant la missive de refus dans vos mains, votre cerveau se met alors à bouillonner dans tous les sens.

  1. « C’est un concours, on ne peut jamais savoir à quoi s’attendre. Je suis curieux de découvrir comment celui qui a obtenu le poste a répondu… »
  2. « Mais je suis vraiment une courge ! Ça fait des mois que je galère, pourquoi est-ce que j’ai cru un moment que ça pouvait changer ? »
  3. « On voit bien que c’est une équipe de moules à gaufre qui tient cette entreprise. Pourquoi irais-je bosser pour une bande de sapajous pas capable de reconnaitre mon potentiel ? »

La première réponse montre que vous savez prendre du recul et rester neutre par rapport à la situation. Même si celle-là est du genre défavorable. Mais vous l’avez compris, il n’y a pas d’échec, il y a juste des résultats non désirés. Il est temps de penser à la prochaine offre d’emploi.

La seconde réponse tombe dans l’auto-sabotage le plus massif et le plus inutile. Vous n’êtes pas nul parce que vous n’avez pas été retenu à un concours. Votre profil n’était pas le bon à 100 % pour cette offre-là. Cela n’a rien à voir avec vous en tant que personne, c’est une alchimie complexe qui sort de votre cercle de contrôle et d’influence.

La troisième réponse manque gravement à la parole impeccable, et vous sombrez dans le jugement hâtif et discriminatoire, dans le seul but de vous apporter un minimum de soulagement. Changer de focus est une bonne méthode face à un résultat non désiré, mais pas de cette façon virulente.

Comment bien gérer un échec ?

L’attitude idoine vis-à-vis de l’aboutissement négatif de cette offre d’emploi est évidemment la première. Vous restez neutre et vous prenez du recul face aux événements, sans juger quiconque, ni les recruteurs, ni le vainqueur du concours, et surtout pas vous-même. Je me répète : l’échec n’existe pas. Selon Nelson Mandela, « on ne perd jamais : soit on gagne, soit on apprend ». Alors, apprenez ! Ne vous auto-sabotez pas en prenant cette situation pour vous. Ne versez pas dans la critique (ou l’insulte) inutile en perdant le contrôle de votre parole (et donc de votre pensée). Assurez-vous simplement d’avoir fait de votre mieux lors de ce concours, avant de passer au suivant.

Apprendre à rester neutre et à ne pas se laisser emporter face à une situation qui a pourtant tendance à vous chahuter pas mal, c’est ça aussi, être un super-héros. Restez neutre et distant avec ce résultat, c’est la meilleure façon de se mettre dans les conditions idoines pour réussir le prochain concours / entretien sans se mettre plus de pression que nécessaire, et ce sans perdre votre objectif de vue : avoir un boulot.

Partagez l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    3
    Partages
  •  
  •  
  • 3
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous êtes libre de recevoir gratuitement mon livre "10 étapes pour trouver sa mission de vie"