Catégorie : Podcasts

Podcast : le pouvoir des bonnes habitudes

Podcast : le pouvoir des bonnes habitudes

Bonjour et bienvenue dans ce nouveau podcast de « coaching et développement positif », le site qui va vous permettre de faire ressortir le super-héros qu’il y a au fond de vous. Dans ce cinquième épisode, j’aimerais vous parler du pouvoir des bonnes habitudes et vous livrer des techniques et des astuces pour créer et implémenter de bonnes habitudes dans votre vie.

Cliquez sur « play » pour l’écouter ou faites un clic droit ici, puis cliquez sur téléchargeur pour le recevoir directement sur votre appareil (pour l’écouter par exemple sur votre smartphone).

Comment construire ses habitudes

Tout d’abord, qu’est-ce qu’une habitude, et pourquoi est-ce si important ? C’est une action qui demande peu ou pas d’effort pour être répétée tous les jours. Ainsi, la puissance des habitudes se trouve dans la gestion de son énergie. Les habitudes nous aident à garder notre énergie pour faire autre chose, tandis que l’automatisation de certaines actions nous permet de progresser un petit peu chaque jour. 

C’est d’autant plus vrai que nous avons déjà des millions d’habitudes qui guident nos vies. La plupart étant des mauvaises habitudes, qu’il va d’ailleurs falloir remplacer par des bonnes. Le problème, c’est que les mauvaises habitudes sont extrêmement faciles à mettre en place. Là où pour les bonnes, c’est nettement plus compliqué. Cela va demander de la ténacité, et de l’engagement.

Le pouvoir des bonnes habitudes : le long terme !

S’il est simple de manger de la salade à un repas, le pouvoir de ce genre d’habitude ne se juge que sur la durée, sur plusieurs mois, ou années. Pour créer une bonne habitude, il faut être capable de penser à très long terme. Il faut, avant de vous lancer dans la manœuvre, vous assurer des bénéfices à long terme de votre nouvelle habitude positive. Si vous raisonnez étroit, à court terme, vous allez échouer.

Et évidemment, pour réussir dans cette d’entreprise, il faut savoir être tenace. Un petit pas tous les jours est plus utile qu’un grand, qui sera fait de temps en temps, ou juste pendant un mois. Voyez loin, mais commencez petit. Le but est que vos habitudes deviennent faciles afin que vous ne puissiez pas rater le moindre jour.

La règle d’or : ne jamais rater deux jours d’affiler.

Ne vous y trompez pas : même les super-héros ont leurs faiblesses. Vous raterez des jours, et vous sombrerez parfois dans la tentation. Une des principales stratégies à adopter si vous plantez un jour, c’est de ne jamais rater le jour suivant. Et pire, si vous échouez un troisième jour de suite, c’est comme si vous repartez de zéro.

La relation entre vos habitudes et vous-même est une sorte de mariage : pour le meilleur, comme pour le pire, dans la joie comme dans la tristesse, dans la santé comme dans la maladie. Ainsi, comme dans tous couples, vous allez devoir apprendre à composer avec les aléas du quotidien afin de garder le cap, et de conserver intacte la chaine pour maintenir le pouvoir des bonnes habitudes.

Le cerveau, roi sur son canapé.

Votre cerveau est extrêmement à l’aise avec vos habitudes, surtout les mauvaises, et pour rien au monde il ne troquerait ce canapé moelleux sur lequel il se trouve, contre le tabouret de la bonne habitude que vous allez lui proposer. C’est le fameux instinct de survie pour lequel il est fait.

Pour ce faire, vous allez devoir lutter contre lui. Lui imposer votre habitude par la force du travail, assurez-vous que chaque habitude ratée soit le fruit des aléas de votre vie, et non le produit d’une décision délibérée de sa part. Par contre, après une journée où vous aurez réalisé toutes vos bonnes habitudes, faites en sorte de vous récompenser, afin d’aider votre cerveau à se sentir à l’aise sur son tabouret, qui à terme, se transformera tout seul en canapé prince charmant.

Choisir ses habitudes. 

Les qualités d’un faiseur de bonnes habitudes sont : l’honnêteté, pour identifier vos faiblesses, et trouver le moyen d’y remédier. Mais aussi la responsabilisation, pour savoir reconnaitre vos erreurs, les assumer, et arrêter de noyer notre quotidien sous les excuses, qui sont un des freins principaux au pouvoir des bonnes habitudes.

Et enfin de la ténacité et du focus, pour être capable d’aller au-delà de l’ensemble des difficultés qu’impose la création et l’implémentation de bonnes habitudes. Car c’est de la difficulté et de l’inconfort que naissent les résultats les plus spectaculaires.

Vous êtes un super-héros

Puiser dans le pouvoir des bonnes habitudes permettra de faire ressurgir le super-héros qui est au fond de vous. Mais pour pouvoir créer les meilleures bonnes habitudes qui soient, il faut que vous vous mettiez dans l’état d’esprit d’un super héros, et que vous placiez dans une position dans laquelle, à votre niveau, vous pouvez tout réussir !

Car c’est en ouvrant le champ des possibles que vous allez surfer sur le pouvoir des bonnes habitudes, en identifiant les faiblesses qui vous empêchent de réussir, et en implémentant les actions quotidiennes qui vont vous permettre de les combler.

La motivation, votre moteur principal.

Attention : ce qui vous fera démarrer, ce n’est pas la motivation, mais l’excitation de la nouveauté. C’est elle l’étincelle de vos habitudes, mais comme toute étincelle, elle est fugace. Et sans une motivation solide derrière, votre bonne habitude retombera comme un soufflet.

Ainsi, avant de mettre en place une bonne habitude, vous devez définir votre « pourquoi », le sens de votre action et de la motivation nécessaire. Il faut que ce « pourquoi » est tangible et puissant, sinon, tout ce qui va suivre ne sera qu’une perte de temps, mais aussi une perte d’estime de soi quand vous allez abandonner.

Les 4 questions pour découvrir votre motivation

  • Quelle chose positive va arriver si vous implémentez cette habitude ?
  • Quel évènement négatif va arriver si vous implémentez cette habitude ?
  • Quelle péripétie positive va arriver si vous n’implémentez pas cette habitude ?
  • Quelle action négative va arriver si vous n’implémentez pas cette habitude ? 

Les réponses aux questions 1 et 4 seront vos sources de motivations, et les questions 2 et 3 seront vos sources de démotivation.

Le déclenchement des habitudes

Le pouvoir des bonnes habitudes réside aussi dans leurs éléments déclencheurs. Pour chaque bonne habitude, vous êtes libre de définir quel sera l’élément déclencheur de cette habitude. Idem pour les habitudes négatives : pour les éliminer, il vous faut cibler ce qui les déclenche, et implémenter, à cet élément déclencheur, une bonne habitude qui viendra remplacer la mauvaise.

Vous pouvez aussi vous servir d’une bonne habitude pour en déclencher une autre. C’est d’ailleurs le cas avec le principe du Miracle Morning : chaque rituel est l’élément déclencheur du suivant, le tout étant déclenché au départ par le déclenchement de votre réveil.

Des partenaires de responsabilisation.

C’est la façon la plus efficace pour garder le cap : se faire accompagner par des proches. Trouvez un partenaire de responsabilisation, quelqu’un avec qui vous allez pouvoir échanger régulièrement de vos progrès et de vos difficultés. Il sera enfin là pour vous fixer les conséquences de vos échecs (gages, argent, resto ou autre), ce qui vous aidera énormément pour conserver la motivation et le focus.

Un seul bémol : cette technique n’est véritablement utile que dans le cadre d’habitude au long cours, de chaines importantes et difficiles, comme arrêter de fumer ou perdre du poids. Responsabiliser un ami pour un petit objectif n’a pas de sens ni pour vous, et surtout pas pour lui.

Faites fi des interférences.

Si certaines mauvaises habitudes ne poseront pas ou peu de difficultés à être supplanté, d’autres vont vous donner du fil à retordre, car elles provoquent nombre d’interférence avec tous les pans de votre vie : il s’agit des mauvaises habitudes du type addiction (drogues, cigarette, sucre…) ainsi que votre entourage négatif.

Les accoutumances sont d’autant plus néfastes qu’elles sont auto-alimentés : manger du sucre est l’élément déclencheur pour manger encore plus de sucre. À partir de là, il devient très compliqué de prendre la moindre bonne décision à ce sujet, quand on est à ce point coincé dans ce genre de cercle vicieux.

Attention à votre entourage

L’entourage négatif est aussi nocif que la cigarette ou le sucre. Car certains de vos proches, devant la puissance de vos changements, et le travail que vous allez effectuer pour y arriver, vont prendre peur. Le cerveau protectionniste va faire marche arrière toute, et va chercher à vous influencer et vous tirer vers le bas, afin que vous n’imputiez pas vos alter ego avec vos idées saugrenues.

Enfin, n’essayez pas de contrebalancer cela en cherchant à imposer vos habitudes aux autres. D’une part, sans réelle motivation de la part de vos proches, c’est voué à l’échec. Et d’autre part, construire ses bonnes habitudes est quelque chose de totalement personnel, et une habitude bonne pour vous ne l’est pas forcément pour autrui. Laissez-les tester, soyez inspirant, mais pas dictatorial.

Partagez à ceux que vous aimez

Le pouvoir des bonnes habitudes peut s’étendre très largement sur les réseaux sociaux. Ainsi, vous pouvez prendre une excellente habitude quotidienne de partager mes articles, mes podcasts, mes vidéos, mes publications Facebook et Instagram sur la toile à vos amis et à toutes les personnes à qui vous souhaitez le plus grand bien. Car il suffit d’un message, d’un petit rien pour provoquer une étincelle et faire changer la vie des gens.

Podcast anniversaire : mes 2 ans de Miracle Morning

Podcast anniversaire : mes 2 ans de Miracle Morning

Vous êtes le bienvenu dans ce nouveau podcast. Je suis heureux de vous présenter, en ce jour anniversaire pour moi, un nouveau podcast durant lequel j’aimerai vous parler d’un livre qui a changé énormément de choses pour moi dans ma vie : Miracle Morning, de Hal Elrod.

SE LEVER PLUS TÔT POUR GAGNER UN SUPPLÉMENT DE VIE… Et si la clef du bonheur et de la réussite se trouvait dans cette nouvelle résolution ? C’est la découverte qui a changé la vie d’Hal Elrod ainsi que celle de milliers de lecteurs. Démarrez votre journée par un moment rien qu’à vous, profitez de ce moment de calme pour méditer, faire du sport, lire et préparer votre journée, comme une nouvelle aventure à entamer chaque matin. Et faites de votre quotidien un miracle !

Joyeux anniversaire !

Mais avant tout, qu’est-ce que le Miracle Morning en fin de compte ? Une méthode pour changer de vie en se levant tôt ? Un rituel de 6 exercices de développement personnel à faire tous les jours ? Une approche totalement nouvelle de la façon d’organiser ses journées, et par extension, sa vie ?

C’est beaucoup de tout ça à la fois en fait. De tous les livres de développement personnel que j’ai eu la chance de lire, c’est celui dont l’approche m’a le plus parlé. L’histoire d’Hal Elrod est touchante (d’autant plus qu’il sera par la suite frappé par le cancer, ce qui n’a entamé ni sa motivation ni son état d’esprit résolument positif). Sa méthode est simple à mettre en place, et son livre est truffé d’exemple et d’astuces qui accélèrent votre progression à travers ses principes. La communauté du Miracle Morning sur les réseaux sociaux est une vraie source d’inspiration, et c’est une vraie force pour tenir sur la durée que d’avoir un ou plusieurs « partenaires de responsabilisation ». Et je peux d’autant plus le signaler, que cela fait presque 2 ans (JOYEUX ANNIVERSAIRE !!!)  que je pratique quotidiennement le Miracle Morning, dont le bilan est plus que positif.

Me lever à 5 h tous les matins (bon, OK, 95 % des matins) a complètement changé l’approche que j’avais de l’organisation de mes journées. Travailler pour moi et pour mes projets entre 5 h et 7 h du matin fut une révolution. Plus concentré, moins dérangé, je n’ai jamais été aussi productif. Si bien que mon entourage me question souvent sur le nombre d’heures que j’ai dans mes journées, tant j’arrive à faire de choses différentes grâce au Miracle Morning. J’ai aussi perdu du poids (faire du running à jeun est un facteur accélérant le brûlage des graisses), et puis surtout j’ai gagné en zénitude. Quand le flot du quotidien finit par vous rattraper (l’école-métro-boulot-dodo), vous avez déjà réussi votre journée, parce que vous avez déjà effectué les actions et les tâches qui ont du sens et de l’importance pour vous. Vous êtes donc plus positif et plus ouvert vers les autres. Et vous passez clairement de meilleures journées.

Et j’en suis un parfait exemple, puisqu’aujourd’hui, je le répète, c’est l’anniversaire de mes 2 ans de Miracle Morning !

Les bienfaits du Miracle Morning

  • Une meilleure organisation : Que ce soit dans votre journée (que vous allez préparer dès le réveil), mais aussi de façon générale grâce à toute la préparation que demande le Miracle Morning (se coucher plus tôt, préparer ses affaires à l’avance, etc.)
  • Une meilleure concentration : Déjà, en travaillant à 6 h du matin, vous allez profiter des bienfaits de n’être dérangé par personne. Mais aussi pour « survivre » au Miracle Morning, il faut avoir des objectifs clairs et définis dans le temps. Faire le MM pour faire le MM, ça ne sert à rien.
  • Un meilleur optimisme : Déjà grâce aux bienfaits des rituels proposés par Hal Elrod, à savoir le sport, la méditation ou encore les affirmations. Mais aussi, dû au fait que, quand le quotidien va vous rattraper (moi c’est vers 7 h du matin), les grandes priorités de votre journée auront déjà quasiment toutes été traitées. Du coup, l’esprit soulagé, vous aurez une meilleure une capacité à profiter pleinement de votre journée sans avoir à courir après la montre du « je dois faire encore ça… »
  • Une meilleure santé physique et morale : Là encore grâce aux bienfaits du sport, mais aussi de la lecture. Et surtout, grâce à une obligatoire meilleure hygiène alimentaire : si vous voulez tenir votre MM, vous ne pourrez pas vous bourrez la gueule la veille au soir. Et en vous levant à 5 h du matin, vous allez devoir repenser sainement vos petits déjeuners, sous peine de prendre en pleine poire des coups de massue physique et mental terribles vers 10 h…
  • De bien meilleures habitudes : le Miracle Morning est une source d’implémentation de bonnes habitudes extrêmement puissante. Bonnes habitudes qui vont venir éliminer vos mauvaises, telles que la procrastination, la passivité, la peur des responsabilités, regarder en arrière… Ces habitudes sont un frein à la productivité et sont décourageantes.
Podcast : comment garder un état d’esprit positif

Podcast : comment garder un état d’esprit positif

Bonjour et bienvenue dans ce nouveau podcast de « coaching et développement positif ». Je suis Guillaume Giordano, et dans cet épisode, j’aimerais vous parler de développement positif.

Cliquez sur « play » pour l’écouter ou faites un clic-droit ici, puis cliquez sur télécharger pour le recevoir directement sur votre appareil (pour l’écouter par exemple sur votre smartphone).

Définition : être positif

Une personne optimiste ne refuse pas de voir le côté négatif des choses ; elle refuse de s’attarder dessus. – Alexander Lockhart

Être optimiste, c’est décider d’être attentif à la beauté de la vie. Et ainsi ne pas s’attarder sur les vicissitudes de l’existence. Une personne positive verra toujours le verre à moitié plein, même s’il est aux 3/4 vides. Qu’importe la quantité, elle se délectera du jus de carotte qui se trouve au fond. Alors qu’une personne négative verra le verre vide, et au pire, vous le jettera à la figure. C’est cette philosophie qui va vous aider à penser de manière positive en toute circonstance. 

Être positif, un vrai choix de vie

La vie est trop courte, vous pouvez avoir de mauvais moments, mais pas de mauvaises journées. – Franck Nicolas

Face à une situation désagréable, nous pouvons réagir de plusieurs manières. Subir, ne rien changer, et tout mettre sur le dos de la fatalité. Ou rester droit, et chercher la meilleure solution pour s’en sortir. Les évènements qui s’imposent à nous sont les mêmes pour tous (ex : attentat terroriste). Mais ils sont pourtant différents pour chacun d’entre nous en fonction de la façon dont nous allons l’interpréter (ex : le terroriste qui pose la bombe, le spectateur devant sa télé, ou la victime de la bombe verront cet attentat de façon distincte). 

3 clés pour être positif

  • Toujours voir le verre à moitié plein, même s’il est aux 3/4 vides. Ne vous attardez pas sur les évènements négatifs et concentrez-vous sur le beau, même s’il vous semble moins important. 
  • Gardez le contrôle de votre existence : quand vous êtes focus sur ce qui est important, vous ne vous attarderez moins sur les éléments négatifs qui tournent autour.
  • Créez votre cahier du positif, en notant 3 pensées positives tous les matins, et en recensant 3 évènements positifs tous les soirs.  

Dernier point : la puissance des défis

Lancez-vous des défis régulièrement. Cela va vous permettre de garder et de muscler votre état d’esprit positif. D’une part parce que vous allez vous habituer à vous dépasser, et donc face aux problèmes, vous serez entraîné à le faire. Et d’autre part parce qu’ils vont concentrer votre focus et de ce fait, éliminer de votre attention les éléments plus négatifs de votre vie.

Enfin, n’hésitez pas à poser vos commentaires, votre feed-back sur ce nouveau podcast, ainsi que les questions que vous vous posez en commentaire sous cet article. J’y répondrai avec plaisir et honneur dans un prochain podcast.

 

Podcast : Priorités et organisation

Podcast : Priorités et organisation

Bienvenu sur ce nouveau podcast. Dans cet épisode, je reviens sur une question que les gens me posent souvent quand je leur parle de toutes les activités que je fais, des priorités que j’ai mis en place, et tous les projets que j’accumule de front : “mais elles font combien d’heures tes journées à toi ?

Cliquez sur “play” pour l’écouter ou faites un clic-droit ici, puis cliquez sur télécharger pour le recevoir directement sur votre appareil (pour l’écouter par exemple sur votre smartphone).

Priorité et organisation

Bonjour et bienvenu dans ce nouveau podcast de « coaching et développement positif ». Je suis Guillaume Giordano, et dans cet épisode, j’aimerai vous parler d’une question qui revient souvent quand j’expose à des tiers tous les projets que je suis en train de mettre en place : « Mais dit moi, elles font combien d’heures tes journées à toi ? »

(Générique)

Bon, avant toute chose, je profite de ce petit moment d’antenne pour vous souhaiter les traditionnels bons vœux de début d’année. Alors bonne année ! Je vous souhaite une année 2018 positive et enrichissante, à tous les niveaux.

  • Enrichissante financièrement, mais aussi émotionnellement, spirituellement, intellectuellement. A vous de coller votre définition qui va bien au mot « richesse ».
  • Positive, parce que c’est le vrai état d’esprit des gens qui réussissent. Être positif ne signifie pas voir béatement le bien partout ou encore de refuser de constater les éléments négatifs. Non, il s’agit juste de discipliner sa volonté pour ne pas s’attarder dessus, pour mettre le focus sur ce qui est réellement important pour vous.

Je vous souhaite enfin un grand classique, la santé. Je souhaite que vous puissiez tous prendre de bonnes et saines habitudes afin de garder votre énergie au top. Cela concerne bien entendu des habitudes alimentaires mais aussi le sport. J’en reparlerai certainement au cours de l’année.

La question et son contexte

Pour revenir à ma petite question en introduction, je pense qu’il faut d’abord vous poser le contexte.

Je ne sais pas si vous êtes allé lire la rapide présentation sur mon site, mais pour résumer, voici ce qu’est mon cadre de vie actuel : Je suis marié, père de 3 enfants qui vont de 7 à 1 an, avec évidement, toutes les obligations familiales que cela comporte, l’école, la crèche, les devoirs, les activités extra-scolaire, et les moments de jeux que je tiens absolument à partager avec elles.

En plus de mon travail de papa, j’ai aussi un travail à temps plein de cadre dans la fonction publique.

Depuis cet été je gère donc mon site « coaching et développement positif », avec un à deux articles par semaine minimum, des événements, des podcasts, et bientôt, des vidéos.

Ce site, je le développe grâce à la formation Blogueur pro que je suis depuis 6 mois, et que je continue de suivre. Et bien entendu, en parallèle, j’accompagne plusieurs personnes dans le cadre de coaching individuels, via le net notamment.

Ce n’est déjà pas mal non ? Mais ce n’est pas tout.

Pour me détendre, je m’occupe d’un autre blog d’actualités, qui commence à avoir son petit succès (et qui grignote de plus en plus de temps de cerveau disponible). Je fais aussi du sport tous les jours, inclus dans mon rituel du Miracle Morning, dans le but de courir d’ici 2020 un marathon, celui de New York ayant ma préférence. Enfin, je lis entre 2 et 3 bouquins par mois. Du développement personnel, mais pas que. Et j’ai même le temps de jouer tous les jours à Star Wars Galaxy of Heroes sur mon iPhone.

Alors oui, quand je présente cela à des gens de mon entourage proche, ou plus loin tant, j’ai toujours droit au visage un peu éberlué de la personne, et la question qui tue « mais tu ne dors jamais ? »

Ben si, et j’ai 24h dans mes journées, comme tout le monde, deux bras, deux jambes, et le même nombre de neurones, selon la science … Généralement, les gens n’insistent pas trop après ça. Et pourtant ils devraient, car ils verraient que ce que je fais est à la portée de n’importe qui… La preuve

1- Un focus sur mes priorités.

Alors le premier point important est que je sais exactement ce que je veux. Et donc par analogie, ce que je ne veux pas. C’est très simple raconté comme cela, pourtant, dès ce point-là, je suis certain de perdre 95% de mon audience. Savoir exactement ce que l’on veut. Tout le monde le sait, c’est évident. Je veux une meilleure santé, un meilleur travail, je veux perdre du poids ou trouver l’amour… Ok, soit.

Mais ce n’est pas vraiment de cela que je parle. Car le mot important dans ma phrase, c’est « exactement ». Je sais « exactement » ce que je veux. Je sais « exactement » quelles sont mes priorités, je sais « exactement » quelle est mon but. Perdre du poids, c’est une chose, mais combien ? et dans quel délai ? Car en fonction, la stratégie n’est pas la même. Il faut savoir « exactement » ce que vous voulez. Et à partir de là, il est très facile de choisir les actions épanouissantes qui vont avec.

Evidemment, je ne me suis pas levé un matin en me disant « Guillaume, c’est exactement ça que tu veux, et c’est exactement ça que tu ne veux pas. » Généralement le matin, je suis comme tout le monde, je mets des plombes avant que la machine se lance et une fois sur deux je confonds la porte des toilettes avec celle de la cuisine.

Non, ma mission de vie, point central de mes priorités, j’ai bossé dessus. Je l’ai travaillé, affine, ciselée, changée, pendant des jours et des jours et des semaines, et des semaines. Bref, ça aurait été plus pratique de la recevoir par mail au milieu des reducs Zalando, mais non. Car c’est loin d’être aussi rapide. Le développement personne, ce n’est pas un fast-food.

C’est d’ailleurs pour cela que depuis le mois d’octobre, je vous propose gratuitement mon ebook « 10 Etapes pour trouver votre mission de vie », 10 pas à franchir, 10 moments pour travailler sur soi-même afin de découvrir qui vous êtes et ce pour quoi vous êtes fait. C’est un condensé rapide et efficace des méthodes et outils que j’ai utilisé ces dernières années sur moi-même afin de comprendre le sens que je pouvais donner à ma vie.

Et en trouvant ma mission de vie, tout s’est éclairé. C’est devenu le point central de tout ce que je fais. Ce phare dans la nuit qui me guide et auquel je m’accroche les soirs de moins bien, et les jours où je perds le contrôle du cheval au grand galop qu’est mon existence.

Par exemple, l’autre soir, quand j’ai préparé ce podcast, j’aurai pu faire plein de choses à la place. Regarder une série sur Netflix, faire une partie de Zelda sur ma Super Nes Mini, ou quand bien même avancer le livre de Star Wars que j’ai commencé la semaine dernière. Et ben non. J’ai préparé ce podcast, fait le plan de ce que j’allais vous dire, et fait quelques recherches pour pas raconter trop d’inepties. J’ai fait cela parce que c’était MA priorité. MA mission de vie, inspirer et aider les gens à travers mon blog, mes coachings, mes événements, etc… Netflix ça sera durant le repassage, et Star Wars ça sera aux toilettes…

Oui parce que évidemment que je ne me prive pas des petits plaisirs de la vie. Je ne suis pas un cyber robot programmé pour écrire, bosser, parler dans un micro, écrire, bosser, dormir, bosser, écrire, dormir, bosser, parler dans… bref… Non pas que je considère que repasser est un plaisir de ma vie hein, je n’ai pas dit ça. Mais ce moment obligatoire et incompressible, je l’ai adapté pour pouvoir faire, en même temps, quelque chose qui me plait, à savoir regarder des séries sur Netflix. Il suffit juste de s’adapter, et d’être flexible.

En fait, une fois que l’on a son phare dans la nuit, tout n’est plus qu’une question d’organisation et de stratégie…

2- Une organisation GTD adaptée

Si on est focus sur ses priorités, et que l’on n’est pas organisé, que l’on n’a pas les bonnes stratégies au quotidien, c’est un peu comme ces mecs sur leurs vélos d’appartement, qui vont pédaler comme des sourds sans avancer d’un poil. De l’épuisement pour rien. De la transpiration pour du vent. Des efforts et aucun résultat, pas le moindre centimètre de progression… Mais vous, vous n’êtes pas comme ça. A part peut-être l’autre au fond qui s’est servi de mon podcast pour s’endormir paisiblement, mais pas les autres. Vous avez priorisé vos missions, c’est parfait. Vous savez ce que vous voulez pour les 5 et les 10 prochaines années. Génial ! Il est temps désormais de redescendre au ras du sol afin de gérer le flot quotidien de choses à faire, ce que j’appelle dans mes articles : le cheval au galop.

Pour ma part, mon organisation est une adaptation personnelle et simplifiée de la méthode « Getting Things Done » de David Allen. Je ne vais pas revenir dessus trop en détail, ce n’est pas le but de ce court podcast. Je vous conseille sincèrement de lire ce merveilleux ouvrage, simple et puissant. Ou de rester connecté, il est fort probable que j’en fasse une chronique très prochainement.

Pour faire simple, tout ce qui m’arrive comme tache à faire transite par une boite de stockage dans laquelle je fais le tri :

  • Si c’est quelque chose qui n’est pas concrétisable de suite : je la remets dans ma boite de stockage en attente, soit je la mets dans ma boite à archives, en vue d’une consultation ultérieure. Soit c’est direct à la poubelle. Généralement, cette dernière étape regroupe la taches qui ne concernent pas mes missions de vie, ou des éléments indispensables et incompréssibles, genre le RDV chez le dentiste ou le paiement de la facture de téléphone.
  • Si c’est concrétisable de suite, deux choix s’offrent à moi : soit la tâche prend moins de deux minutes (genre faire le chèque pour payer une facture), je la fais de suite. Soit elle demande plus de temps, et je la note dans mon agenda. Soit

Ceci est valable pour les flux physique (genre le courrier qui arrive), et les flux numérique (mes mails).

Ce tri des taches est fort simple, mais demande discipline et rigueur. Je ne laisse jamais plus d’une semaine sans faire le tri de mes boites de stockage par exemple. Mais cela vous permet de gagner un temps fou en vous basant sur un système extrêmement fiable, grâce auquel vous n’oubliez rien, et dans lequel sont stockés toutes vos choses à faire, libérant ainsi de l’espace de cerveau disponible pour votre productivité et votre épanouissement.

Je vous ai parlé des boites de stockage, mais je ne vous ai parlé de son pendant indispensable : l’agenda. J’en ai trois, basés quasiment sur le même principe. Un perso, qui regroupe toutes mes activités. Un pour le boulot, et un pour la famille, où chacun note ses rendez-vous afin que tout le monde soit au courant et puisse s’organiser en conséquence. On va oublier l’organisateur familial, qui est un petit plus à moi. Mais les deux autres fonctionnent exactement de la même façon. Ce sont des semainiers que je mets à jour tous les lundis sans faute. Sur la page de gauche, celle des dates, j’ai noté mes RDV et les taches à faire impérativement ce jour. Ces éléments sont à respecter impérativement. Sur la droite, partie notes, j’ai noté les taches à faires issues de mes boites de stockage. Ce sont les éléments à faire dès que j’ai le temps.

Je priorise évidemment la partie de gauche, mais l’objectif est de vider le plus régulièrement possible celle de droit. Grosso modo, à gauche vous avez vos priorités, à droite ce sont celles des autres. Vous y répondez, mais à votre rythme, et surtout, uniquement après avoir réalisé les votre.

Cependant, l’agenda ne tient pas compte de certains éléments « récurents », voire « incopréssibles » de la vie de tous les jours : les temps de trajet, aller cherches les enfants à l’école, les ammener au sport, etc etc… Ces éléments sont incompressibles, car vous devez absolument les faires. Mais n’aident pas vraiment à avancer vos missions de vie, sauf si votre mission c’est de distribuer du bonheur à vos enfants, notamment en étant présent au maximum auprès d’eux. Dans ces éléments incompressibles, je distingue deux catégories : les utilisables, et les non utilisable.

Les non utilisables sont ces éléments durant lequel votre attention est à 100% occupé. Par exemple chercher les enfants à l’école. Une fois que vous êtes avec eux, difficile, et même impossible de faire autre chose que d’être avec eux.

Au contraire, si on prend par exemple les temps de trajet, sauf si c’est vous qui conduisez la voiture (et encore, vous avez toujours vos oreilles pour écouter un podcast), vous ne pouvez pas y échapper, mais vous avez du temps pour faire autre chose. Si vous cherchez à apprendre une langue ou développer de nouvelles compétences, c’est le même idéal. Vous êtes dans votre voiture ou le métro, voire même à pied. Vous avez donc tout loisir d’écouter un livre audio (via audible.fr par exemple), ou un podcast (au hasard, les miens, ou ceux de Hal Elrod, ou Franck Nicolas), ou une formation sur le sujet qui vous intéresse. Une heure de transport tous les jours, sauf le weekend, ça fait 5 heures de formation par semaine, sans effort. Elle est pas belle la vie ?

Ou alors vous pouvez faire comme moi, et transformer un moment pénible en quelque chose de plus sympa, comme mon repassage avec Netflix dont je parlais tout à l’heure. Je pourrais me passer une vidéo d’un coach inspirant aussi. Mais c’est mon moment de détente à moi. Ranger mes fringues devant Daredevil ou Green Arrow.

Enfin, si vous souhaitez gagner en productivité, j’ai un dernier conseil pour vous. Prenez une feuille de papier, et sur une semaine, listez le nombre d’heures que vous passez dans des activités qui n’ont rien à voir ni avec votre travail, ni avec votre temps de sommeil, ni avec les éléments incompressibles que je vous présente juste avant. Faites une liste. J’imagine qu’il y aura la télé, le sport, les jeux vidéo, de la lecture, des soirées, etc etc… Vous allez ensuite éliminer de cette liste tous les éléments qui se rapportent à des choses importantes pour vous, en lien avec votre mission de vie. Faits le total du nombre d’heures qui reste. C’est ce que j’appelle votre temps « compressible ». Par exemple si vous passez 2 heures par jours devant la télé, ça fait 14 heures par semaine. Soit plus d’une demi-journée de perdu. Peut-être que dans vos objectifs quotidiens, vous pourrez vous fixer « 1h de télé maximum », ce qui vous dégagera d’un claquement de doigts 7 heures pour aller faire du sport, ou travailler sur le développement de votre société. Et ceci est à faire pour chaque pan de votre zone « compressible ». Vous verrez qu’ainsi, l’argument fort et célèbre du « je n’ai pas eu le temps de réaliser mes objectifs » ira se perdre loin de chez vous.

Plus fort que le cheval qui souffle en tempête

Voilà comment j’arrive à galoper à fond tous les jours, tout en donnant l’impression de maîtriser à la perfection mon cheval. Cela n’a rien d’inhumain.

S’organiser et prioriser ses taches, ce sont des thèmes fondamentaux de Evènements dont je m’occupé au cours du mois de janvier « 31 jours pour réussir 2018 ». Vous êtes libre d’y participer évidemment. Et vous avez même loisir de prendre le train en marche, cet atelier, grâce à son support pédagogique inédit, est monté de la sorte que vous pouvez très bien débarquer le 20 janvier pour le faire. Effectivement, ça fera 20 jours de perdus dans l’année, mais bon. C’est toujours mieux de le faire et de le terminer courant février, plutôt que de ne pas le faire du tout et de foirer son année… encore. Mais c’est plus facile de le faire petit à petit tous les jours, c’est certain, surtout avec l’accompagnement gratuit que j’offre aux membres inscrits sur l’évènement Facebook, je répond aux questions rapidement pour les aider et les aiguiller. Pour rejoindre ces événements, passer visiter mon site « coaching-et-développement-positif.com », vous trouverez plusieurs articles pour vous en détailler le contenu. Sinon vous pouvez aussi vous abonner à ma page Facebook qui se fait le relais quotidien de cet événement.

Ce rapide podcast touche à sa fin. J’espère que vous aurez bien compris que pour dompter votre cheval, vous devez connaitre vos priorités, vos missions de vie, et vous devez vous organiser de la façon la plus efficace possible. La vie n’est pas compliqué, c’est bien souvent vous qui vous laissez débordé, par les demandes des autres notamment. Réduisez ces demandes, augmentez le champ de vos actions prioritaires, et vous gagnerez en productivité, c’est certain !

Je vous souhaite à tous encore une très bonne année 2018, et je vous donne rendez-vous très vite pour un prochain podcast.

A ce sujet, n’hésitez pas à me poser vos questions en commentaire, cela me donnera la possibilité d’y répondre de vive voix, et de faire en sorte de vous offrir un accompagnement le plus personnalisé possible, comme je le fais dans mes coachings.

Allez à bientôt ! Bye !

Podcast : 10 bonnes raisons de se lever avant tout le monde.

Podcast : 10 bonnes raisons de se lever avant tout le monde.

Bienvenu sur le premier podcast de mon blog. Dans cet épisode, je reviens sur un sujet qui me tiens à coeur, le “miracle morning” et vous proposer 10 bonnes raisons pour vous lever avant tout le monde.

Cliquez sur “play” pour l’écouter ou faites un clic-droit ici, puis cliquez sur télécharger pour le recevoir directement sur votre appareil (pour l’écouter par exemple sur votre smartphone).

Vous retrouverez notamment, parmi ces 10 bonnes raisons :

  • Prendre 10 minutes pour lire, c’est plus enrichissant que de perdre 2 h le soir devant Hanouna ou les informations.
  • Faire de la méditation, ou du taï-chi (mon petit kif du moment), cela vous permet de démarrer avec l’esprit apaisé.
  • Faire du sport le matin est excellent : vous activez la production d’endorphine, l’hormone du bonheur. Et augmentez la combustion des graisses, facilitant la perte de poids.
  • Sortir courir avec en décors le soleil rougeoyant, ça n’a pas de prix. Et cela vous fait commencer la journée avec la patate.
  • L’environnement est totalement différent à 5 h. Tout est plus calme, plus paisible, plus lent. Moins de bruits parasites ou de distractions procrastinantes.
  • Parce qu’à 7 h, quand on arrive dans le cycle enfant-école-boulot-école-devoir-dodo et que l’on a déjà accompli ses missions de la journée, on est dans un état plus positif. Et ça se ressent sur son entourage direct.
  • Parce que ce n’est pas IMPOSSIBLE. C’est juste une habitude à prendre, celle de vous organiser pour sortir du lit en ayant un objectif clairement défini. Et plus vous allez le faire, et plus cela deviendra facile.
  • Michael Jordan se levait à 5 h pour enquiller les séances de shoot. Richard Branson (patron de Virgin), Jack Dorsey (créateur de Twitter), ou encore Barrack Obama se réveillent vers 5 h, pour s’activer et préparer leur journée de la meilleure des façons.
  • Écrire ou faire du sport à 22 h, ou à 5 h, ce n’est pas pareil. À 22 h, on est fatigué après une journée de boulot, c’est difficile de se motiver. Tandis qu’à 5 h du matin, pas de distractions, pas de fatigue, et la productivité est à son maximum.
  • Enfin, depuis que je fais ça, mes insomnies ont (presque) disparu. Je passe plus de moments avec ma famille. J’ai augmenté mes perfs en running. J’ai rencontré des gens inspirants, et ouvert mon esprit sur plein de choses nouvelles, et fait un point avec moi-même en vue de changer de carrière.

N’hésitez pas à laisser en commentaire vos réactions ou autres critiques concernant cet épisodes. Je vous donnes rendez-vous dès le mois prochain pour un nouveau podcast qui viendra accompagner le grand défi de 31 jours que je vous réserve. N’oubliez pas de vous abonner à ma page Facebook pour être tenu au courant de cet évènement.